« À Petite-Vallée, tout l’monde est parent »

Fratrie Côté

Emma, Joseph, Georgianna, Élisé, Alexandre, Aurélie, Auguste, Poméla, Patrick et Clara, enfants d’Auguste Côté et d’Alphonsine Boulet. Date inconnue. Source : Jean-Claude LeBreux. Sur les traces des bâtisseurs, cent-cinquante printemps de souvenance, 2008, p. 128.

À Petite-Vallée, localité qui compte aujourd’hui moins de 200 habitants, on dit que « tout le monde est parent ». En effet, il est difficile d’y trouver dans la population de souche des individus qui ne partagent pas de liens familiaux avec les autres membres de la communauté. Tous les habitants ou presque ont des oncles et des tantes en commun, si ce n’est des grands-parents. Cette homogénéité au sein de la population peut entre autres s’expliquer par le taux élevé de mariages endogames1. Entre 1858 et 1941, 62% des mariages petite-valléens célébrés à l’église St-François-Xavier de Grande-Vallée étaient endogames23. En d’autres mots, plus de la moitié de ces unions se sont formées à l’intérieur même du village.

Le cas Emma Côté

Un des meilleurs exemples du populaire postulat « tout l’monde est parent à Petite-Vallée », est le cas de mon arrière-arrière-grand-mère Emma Côté. Aux dires du trois-quart de la population locale, ma trisaïeule est leur « Tante Emma »… ou bien leur grand-mère. Marie-Laure Emma Côté, quatrième enfant d’Auguste et d’Alphonsine Boulet, est née 04 mars 1877 à Petite-Vallée.

Acte_EmmaCôté

Acte de baptême de Marie-Laure Emma Côté. Source : Registres du Fonds Drouin, Cloridorme, 1877, cinquième feuillet. ©Institut généalogique Drouin.

En 1898 elle épousa Auguste Brousseau, veuf de Marie Minville, alors âgé de 46 ans. Pour convoler en juste noce, le couple a dû payer une dispense du deuxième au troisième degrés de consanguinité. La mère d’Emma était la cousine d’Auguste.

ancetres commun Auguste-emma

Le couple Boulet-Campagna se retrouve dans la filiation d’Auguste Brousseau et d’Emma Côté. C’est aussi le cas pour de nombreuses autres familles de Petite-Vallée.

Les liens familiaux entre les Côté et les Brousseau se rapprocheront au fil des ans. En 1906, Eusèbe, fils issus du premier mariage d’Auguste, prend pour épouse Poméla Côté… la soeur d’Emma ! Le même scénario se reproduisit alors que trois autres enfants d’Auguste épouseront des membres de la fratrie de mon arrière-arrière-grand-mère :

  • Léon Brousseau m. 23/10/1906 Catherine Georgianna Côté
  • Adèle Azilda Brousseau m. 01/02/1910 Joseph Wilfrid Côté
  • Grégoire Didier Brousseau m. 06/02/1911 Marie Côté

Suite à ces unions, Emma deviendra la belle-mère de son frère et de ses soeurs, de même que la belle-soeur des ses beaux-enfants.

Emma-pain

Emma Côté. Date inconnue. Source : Jean-Claude LeBreux, Entre l’étrave et l’étambot, 2003, p. 14.

À son décès en 1968, Emma laisse derrière elle ses 6 enfants, plus de soixante petits-enfants et une centaine d’arrières-petits-enfants. S’ajoute à ce nombre ses descendants par alliance, dont plusieurs sont dans les faits ses petits-neveux et petites-nièces. Et ça, c’est sans compter la famille élargie…

Si vous allez à Petite-Vallée et que vous entendez : « Ici, tout le monde est parent », vous aurez probablement droit au cas de grand-mère Emma !

Notes

Un mariage endogame est observé lorsque les époux proviennent du même milieu, géographique dans notre cas.
2 Pour en arriver à ce résultat, j’ai relevé tous les mariages des gens de Petite-Vallée célébrés dans la paroisse St-François-Xavier entre 1858 (année d’arrivée des premiers résidents permanents) et 1941. Sur 78 unions, 48 étaient endogames.
3 Si le sujet de l’évolution des populations gaspésiennes et de leurs relations de sociabilité vous intéresse, consultez la thèse de maîtrise de Christine D’amours, Établissement et évolution des populations gaspésiennes au XIXe et XXe siècles.

8 réponses à “« À Petite-Vallée, tout l’monde est parent »

    • Comme quoi ça se ressemble pas mal partout au Québec. Dans le mémoire auquel je fait référence dans mes notes, on dit qu’entre 1800 et 1940, le taux moyen de mariage endogame s’élevait à 69% au Québec. Intéressant !

  1. Si cela a été vrai à ces époques, ce ne l’est plus depuis un bon bout de temps. Par contre, lorsque je regarde en arrière, les liens de parentés sont évidents. Nous sommes alors une grande famille.

    • Bonjour M. Gaumond,

      Merci pour votre intérêt. En effet, aujourd’hui le phénomène de mariage endogame est plus subtile. Sous toutes réserves, je crois que pour le cas de Petite-Vallée, on peut remarquer une diminution de la pratique après 1970. J’ai encore quelques preuves à amasser…

      Au plaisir,

      Marc-Antoine D.
      Un petit cousin… ;) !

      • Je dirais plutôt après 1950 car mes parents, Armand LeBreux (Petite-Vallée) et Paule-Aimée Gaumond (St-Yvon) se sont mariées en 1952, moi je suis né en 1953, et les parents des gens de ma génération (1950 et plus) n’étaient pas tous de Petite-Vallée…précision importante.
        salutations.
        Paul-André LeBreux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s