736px-Andrea_Mantegna_049

Chandelles, crêpes et marmotte : la Chandeleur au Québec

Que faites-vous le 2 février ? Vous espérez que Fred la marmotte voit son ombre et relègue définitivement l’hiver au placard ? Mangez-vous des crêpes ou allumez-vous une bougie pour vous garantir l’abondance durant l’année en cours ? Faisons le point sur l’histoire de cette journée au Québec.

Présentation de Jésus au temple, Andrea Mantegna, 1465. Source : Wikipedia.

Pour les croyants catholiques, le deux février est depuis plusieurs siècles mieux connu comme étant le jour de la Chandeleur (Notre-Dame-de-la-Chandeleur). Faisant abstraction des ses origines païennes, cette journée commémore dans l’Église la Purification de la Vierge Marie et la Présentation de Jésus au Temple, et c’est également lors des cérémonies entourant cette solennité que les cierges sont bénis et sanctifiés. Fête inscrite au calendrier français, cette pieuse célébration atteint nos terres avec l’installation permanente des Européens au début du XVIIe siècle. Dès lors, on célèbre tous les ans, quarante jours après Noël, la Chandeleur.

Symboles

La chandelle

Depuis longtemps, la chandelle revêt un caractère particulier à la Chandeleur. Dans les premiers temps du christianisme, la coutume était d’effectuer une procession au flambeau le jour de la Purification. Cette marche qui avait lieu au crépuscule devait valoir aux fidèles y participant d’importantes indulgences. D’ailleurs, « les bouts de chandelles non consumés […] leur assuraient pendant un an la bonne santé et la prospérité matérielle1

Au temps de la Nouvelle-France, lors de la messe du 2 février, l’habitude était de distribuer à l’assistance une chandelle, laquelle était consacrée par le prêtre officiant. C’est le gouverneur qui recevait d’abord le cierge ; les autres bougies étaient ensuite réparties selon la notabilité et le rang social des ouailles. Ce mode d’attribution élitiste que l’on connaissait en 1646 s’estompa rapidement, si bien qu’en 1648, on avait fait place au concept de premier arrivé au balustre, premier servi.

En lien avec son sens religieux, la chandelle bénie devait garantir chez son propriétaire la bonne fortune et le bonheur. Notamment, elle faisait office de paratonnerre et « de moyen de protection efficace contre les intempéries2 », elle attirait l’abondance des récoltes et de la pêche, protégeait contre les menaces de la vie, et accompagnait le mourant vers l’Éternel. Certaines de ces croyances existent encore aujourd’hui, surtout chez les fidèles catholiques. Votre grand-mère allume-t-elle une chandelle lors d’une violente tempête ?

La crêpe

Manger une crêpe lors de la Chandeleur, voilà une autre tradition venue de France et dont nos ancêtres ne manquaient pas année après année. Tout comme la chandelle, la crêpe consommée en ce début de février devait être synonyme de chance à la fois pour les récoltes et pour divers aspects de la vie.

Effectivement, avaler une crêpe lors de cette fête pouvait valoir à l’agriculteur une importante récolte de blé de très bonne qualité. Le contraire promettait la misère, car « si on [ne] faisait pas de crêpes, le blé [ne] murissait pas3. » D’autre part, la crêpe de la Chandeleur avait aussi des vertus médicales ; la manger éloignait les poux et la grattelle pour toute l’année. Finalement, on ne pourrait passer sous silence ses prérogatives pécuniaires ; pour seulement un peu de farine, un oeuf et du lait, la prospérité était assurée !

Dans certaines communautés de la Côte-du-Sud, on « courrait la Chandeleur », phénomène qui consistait à faire le tour du voisinage afin de recueillir tous les ingrédients nécessaires à la confection de ladite crêpe. La charité des gens était alors soulignée par la remise d’un ruban que l’on accrochait à la maison du généreux donateur. Dans certains cas, comme dans les foyers acadiens de Terre-Neuve, les denrées recueillies étaient distribuées aux pauvres et on terminait la journée par une grande fête4.

La Chandeleur, Camille Cormier. 1984. Source : Musée McCord.

De nos jours, la crêpe demeure dans certains foyers l’aliment que l’on se doit de consommer à la Chandeleur. Une autre coutume y étant reliée survit également : glisser dans son porte-monnaie une petite crêpe enveloppée de papier parchemin afin de se garantir une vie financière sans soucis.

Marmotte et autres croyances populaires

La chandelle et la crêpe ayant perdu de leur lustre au fil des ans, il est d’un symbole attaché à la Chandeleur qui demeure toujours d’actualité : la fameuse marmotte. À l’image d’une station météorologique, l’animal est, dit-on, en mesure de prédire la durée de l’hiver grâce à son ombre. Si, par malheur elle l’aperçoit, la saison morte risque de se poursuivre encore six semaines. Sinon, l’hiver est terminé ! Au début de la colonie, c’est l’ours qui, dans la croyance populaire, tenait ce rôle. Au fil des ans, il sera substitué par d’autres animaux de plus petite taille : la moufette ou la marmotte.

Le temps qu’il fait lors de cette journée est aussi très important. Le beau temps est craint et le temps gris est espéré : « Si le soleil était clair à la Chandeleur, l’hiver commence, si c’était sombre, une partie de l’hiver était passée5. » On dit aussi qu’à la Chandeleur, on a repris deux heures de clarté depuis le solstice d’hiver.

Jadis jour important de l’année qui fut longtemps une balise au coeur de l’hiver, la Chandeleur est aujourd’hui une journée comme les autres. Seules quelques traditions encore vivantes dans certains coins de la province témoignent de l’importance et de la signification de cette journée pour nos aïeux.

Notes et sources

1 Denise Rodrigue, Le cycle de Pâques au Québec et dans l’Ouest de la France, Québec, Presses de l’Université Laval, 1983, p. 10.
2 Ibid, p. 14.
3 Marie Fournier et Priscille Cormier, citées dans Denise Rodrigue, Le cycle de Pâques au Québec et dans l’Ouest de la France, p. 19.
4 Gary R. Butler, Histoire et traditions orales des Franco-Acadiens de Terre-Neuve, Québec, Septentrion, 1995, p. 71.
5 Florida Talbot, citée dans Denise Rodrigue, Le cycle de Pâques au Québec et dans l’Ouest de la France, p. 28.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s